Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

AVERTISSEMENT
Cours d'histoire (rouge) , géographie (vert), éducation-civique (noir) 

Rappel : le plan de la leçon et le vocabulaire sont à apprendre par coeur, le contenu de la leçon est à savoir restituer dans ses mots.

Seul le contenu de la leçon (sans les sous-parties), les mots clés soulignés et dates ou textes repères en violet sont indiqués.

FT=fiche de travail

 

 

CHAPITRE 5

LA SECONDE GUERRE MONDIALE, UNE GUERRE D’ANÉANTISSEMENT (1939-1945)

 

Question : Pourquoi la Seconde Guerre Mondiale est-elle une guerre d’anéantissement aux dimensions planétaire ?

 

 I/ Une guerre aux dimensions planétaires : les principales phases

FT 1 à apprendre

 C’est un conflit mondial (planétaire) car les théâtres d’opérations sont localisés un peu partout sur le globe, en Europe et en Asie-Pacifique, mais aussi en Afrique du Nord. De plus, les pays européens mobilisent leurs colonies.
C’est aussi une guerre totale car elle mobilise la totalité des forces vives des pays, entièrement tournées vers l’effort de guerre. En outre, c’est une guerre multiforme : elle met en jeu toutes les formes de guerre, terrestre, sous-marine, aéronavale et les équipements qui leur sont liés : tanks, navires de guerre et sous-marins, porte- avions et avions.

 

II/ Une guerre qui entraine-t-elle une mobilisation totale...

    A/ En mobilisant totalement les ressources des pays en guerre : l’exemple de la guerre du Pacifique

FT 2

La guerre du Pacifique se déroule entre 1939 et 1945. Elle oppose principalement le Japon aux États-Unis et ses alliés Le théâtre d’opération est immense, plus vaste que l’Europe, dans le Pacifique et en Asie. Le Japon impérial a une vision raciste du monde dans laquelle les Japonais sont destinés à dominer un vaste empire. Cette volonté de conquête enclenche un conflit qui débute de(̀s 1931 en Asie et )à partir de 1941 dans le Pacifique quand le Japon s’attaque aux États-Unis (attaque de Pearl Harbor).
C’est un conflit total qui mobilise les forces vives du pays (soldats, industrie) et qui présente de nouvelles formes de combat (guerre aéronavale) pour la maîtrise de l’air et de la mer. Il oppose aussi deux idéologies :impérialisme d’un côté contre démocratie de l’autre.
C’est une guerre sans merci dont la violence est extrême notamment du fait des troupes japonaises (kamikazes p. 73) qui s’en prennent systématiquement aux civils, mais aussi parce que le gouvernement américain recourt par deux fois à une arme de destruction massive sur des villes japonaises (Hiroshima et Nagasaki). C’est pourquoi on parle de guerre d’anéantissement car il s’agit de parvenir à la défaite totale de l’un des deux camps.   

 

        B/ ...en mobilisant des idéologies opposées

Le second conflit mondial est une guerre a qui des enjeux territoriaux  : il s’agit de conquérir un «espace vital» pour l’Axe, défendre le territoire national pour les Alliés (reconquête du Pacifique).
C’est un conflit qui présente aussi des enjeux idéologiques : il s’agit d’affirmer des « valeurs », une vision du monde. Ainsi, c’est au nom d’une idéologie raciste, basée sur une soi- disant supériorité de leur population, que le Japon impérial et l’Allemagne nazie entament une série de conquêtes qui déclenchent la Seconde Guerre mondiale. . Par ailleurs, Hitler fait de l’invasion de l’URSS, une lutte à mort entre l’idéologie nazie et le communisme. Face à eux, l’URSS défend donc le communisme tandis que les Alliés, parmi lesquels le Royaume-Uni, les États- Unis et la France libre tentent de préserver la démocratie et les libertés.
La Seconde Guerre mondiale combine bien un aspect traditionnel de la guerre, la conquête de territoires, à un aspect plus neuf, la lutte idéologique.   

 

III/ les formes et les conséquences de cette guerre d’anéantissement ?

    A/ Des opérations violentes visant l’anéantissement de populations.

        1. des opérations violentes

L’Allemagne nazie met en oeuvre la politique raciste et antisémite définie par Hitler. Les juifs  sont d’abord mis à l’écart dans des ghettos (p. 77). A partir de juin 1941, dans les territoires de l’Est nouvellement occupés par les Allemands, les Einsatzgruppen, « des groupes mobiles de tuerie », composés de SS, de policiers et de gendarmes allemands, sont chargés d’éliminer tous les « ennemis du Reich ». Ils s’en prennent ainsi aux juifs, aux Tsiganes et aux commissaires politiques communistes. Leur action se traduit par l’assassinat planifié, systématique et méthodique de plus de deux millions de personnes qui sont fusillées en masse

 

      2. la politique génocidaire : “nuits et brouillards” (Alain Resnais)

La Solution Finale de 1942 (conférence de Wannsee) programme l’extermination des juifs et des Tziganes d’Europe. Partout sur le continent les membres de ces deux communautés sont raflés. Des millions de personnes sont donc déportées vers la Pologne où ont été construits six camps de la mort, dont Auschwitz. Auschwitz présente la particularité d’être à la fois un camp de concentration et un camp de la mort.
Acheminés par train de toute l’Europe nazie, dans des wagons à bestiaux, les déportés une fois sur place  sont triés :  90% d’entre eux seront exterminés dans des chambres à gaz, tandis que les autres mourront d’épuisement et des conditions de vie dans les camps. Les Tsiganes concentrés à Auschwitz sont tous exterminés dans la nuit du 31 juillet au 1er août 1942. On parle de génocide (p. 74).
La moitié de la population juive d’Europe et le tiers de la population tzigane disparaissent. Les principaux chefs politiques et militaires nazis seront jugés à Nuremberg devant un tribunal international de 1945 à 1946 pour « crime contre l’humanité ».(p. 74)

 

    B/ Une guerre meurtrière et destructrice.

 

 

CHAPITRE 4 : LA RÉPUBLIQUE DE L’ENTRE-DEUX-GUERRES :
VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE (1918-1939)

 

Question : Quels sont les moments forts de l’entre-deux-guerre en France qui mettent à l’épreuve la IIIe République?

I. La France des années 1920

    A.les lendemains agités de la Première Guerre mondiale

 

En 1918, la France de la IIIème République est victorieuse mais meurtrie.

Elle reste marquée par la Première Guerre mondiale.  Clémenceau, qui apparaît comme le principal artisan de la victoire est le président du Conseil de 1917 à 1919.

C’est une période mouvementée.
Sur le plan social, il y a une crise économique et sociale (grèves) en 1919 et 1920.
Sur le plan politique, la campagne électorale pour les élections législatives de 1919 est violente et montre les divisions politiques. C’est la fin de l’Union sacrée (p. 134).
C’est le Bloc national, alliance électorale de droite, soutenue par Clemenceau, qui remporte la majorité absolue des sièges à l’Assemblée  (dite «bleu horizon» car marquée par la présence des anciens combattants ). Patriotique et anti-communiste, cette majorité finit par voter la journée de travail à 8 heures espérant apaiser les revendications sociales. 

 

     B. l’influence de la révolution russe en France : le Congrès de Tours 1920 et la division de la gauche 

 

apprendre réponses aux questions du livre

En octobre 1917, Lénine, à la tête du parti bolchevik, organise la révolution en Russie et réussit à prendre le pouvoir. Il met en place un régime communiste et fonde en 1919 la IIIe Internationale afin de rassembler tous les partis commu- nistes du monde entier dans le but de diffuser la révolution dans le monde.
Le succès de cette révolution a des conséquences au sein de tous les partis de gauche européens et en particulier en France au sein de la SFIO. Après la fin de la guerre, ce parti se réunit en congrès à Tours, en décembre 1920, afin de trancher la querelle qui oppose ses membres : adhérer à la IIIe Internationale et vouloir imiter la révolution russe en France (stratégie révolutionnaire, voulue par Marcel Cachin) ou ne pas adhérer à la IIIe Internationale et conserver une stratégie réformiste de conquête du pouvoir par les urnes (Léon Blum).
En décembre 1920, les trois quarts des délégués de la SFIO votent pourtant pour l’adhésion à la IIIe Internationale. Majoritaires, ils quittent donc la SFIO et fondent un nouveau parti, la SFIC, ancêtre du parti communiste.
La gauche française se divise donc. 

 

II les années 1930 : la crise et le Front populaire

    A. Une violente crise économique et sociale....   

  

La crise est née aux États-Unis en octobre 1929 et se diffuse rapidement à l’ensemble du monde, notamment en France à partir de 1931. Elle est économique  : baisse des prix, de la production industrielle et des exportations. Elle a également des conséquences  sociales : développement du chômage (15 % en 1935), de la misère et des inégalités..

apprendre réponses question vidéo site TV (crise 1929)

 

    B. ..qui entraîne une crise politique...

 

diaporama et vidéo du 6 février 1934

La crise économique et sociale entraîne une crise politique : l’incapacité des gouvernements à résoudre la crise (instabilité ministérielle) entraîne le développement d’un vote extrême, notamment d’extrême droite. A celas’ajoute des scandales politico-financiers.
Dans un contexte européen de montée des dictatures, les ligues sont de plus en plus écoutées et organisent une manifestation devant la chambre des députés le 6 Février 1934 afin de réclamer un pouvoir fort. Cette manifestation tourne à l’émeute. Le 7 février 1934, le Président du Conseil radical Daladier démissionne. 

 

        C. ...et une réaction des forces républicaine pour défendre la République

 

apprendre réponses aux questions du livre (tableau)

Face à la montée de l’extrême droite,  la gauche se rassemble et forme le Front Populaire ( p. 136PCF, la SFIO et les Radicaux) autour du slogan «le pain, la paix, la liberté». Il remporte les élections législatives de Mai 1936. Léon Blum, chef de la SFIO, devient alors le président du Conseil. L’immense espoir qu’il soulève entraîne une vague de grèves pour faire accélérer les décisions.
 En un an, le gouvernement Blum engage des réformes importantes en signant avec les syndicats et le patronat les accords de Matignon complétées de nombreuses réformes sociales (voir tableau).
Ces réformes suscitent des réactions variées. C’est une véritable période d’embellie pour les ouvriers. Mais la bourgeoisie , la droite et le patronat y sont hostiles et condamnent violemment ces mesures.
Si le Front Populaire améliore le sort des salariés, il ne parvient pas à faire sortir la France de la crise économique et subit les violentes attaques de la droite et de l’extrême droite. Léon Blum démissionne le 21 Juin 1937 et l’alliance de la gauche se disloque sur l’attitude à adopter face à la guerre d’Espagne. C’est la fin du Front populaire

 

 

  CHAPITRE 2 : LA VIE DÉMOCRATIQUE

 

Question : comment les citoyens participent-ils à la vie démocratique sous la Ve République?

 

I En participant à la vie politique de la Vème République

 

    A. Un régime organisé par la Constitution (à écrire après) qui répartit les pouvoirs entre ...

La Première République française date de 1792, mais il a fallu attendre la fin du XIX eme siècle pour que le régime républicain soit définitivement installé en France (apprendre les dates des Républiques successives). Nous sommes actuellement sous la Vème République c'est-à-dire sous la 5 eme constitution républicaine.    

 

Apprendre réponses FT 1

La constitution de la Vème République date de 1958 et a été approuvée par référendum (p. 332). Elle a été promulguée le 4 octobre 1958. C’est Charles de Gaulle qui en est le principal initiateur.

 L’étude du fonctionnement des institutions de la République (doc. 2 p. 335)  montre   le principe fondamental de partage des pouvoirs entre les pouvoirs exécutifs et législatifs (p. 334) . Si ils sont séparés, ces pouvoirs sont surtout partagés et contrôlés (apprendre partie 2 FT 1) ce qui permet de faire vivre la démocratie.

 

    B. ....le pouvoir législatif  : ex débat et acteur dans la naissance d’une loi
dossier pages 332-333 questions 1 à 5 (apprendre)

Distribuer FT 2 : l’exercice de la démocratie politique : le vote d’une loi (à apprendre)

L’initiative, les étapes de l’élaboration et du vote d’une loi montrent la nécessaire collaboration de l’exécutif, du législatif mais aussi des citoyens.
Ainsi pour  élaborer la loi sur le mariage homosexuel en 2013,  gouvernement a la charge de préparer des projets de loi qu’il soumet ensuite au Parlement. Avant le vote a lieu un débat politique. Il faut toutefois tenir compte de l’opinion des citoyens qui peuvent faire pression sur le Parlement durant le débat politique (apprendre tableau et résumé). C’est pourquoi le cheminement d’une loi est long.

 

    C.... et le pouvoir exécutif : ex : le président de la République incarne l’Etat

Apprendre FT 3

 L’étude du rôle du Président de la République nous a montré que:
-de par ses fonctions, il joue un rôle majeur par rapport aux autres acteurs de la Ve République (il nomme le Premier ministre et les ministres, peut exercer son droit de dissolution de l’Assemblée nationale, recourir au référendum)
-le président de tous les Français : il est élu depuis 1962 au suffrage universel direct, peut consulter directement les Français par référendum (2000 : réduction du mandat à 5 ans). C’est ce qui justifie son autorité
-enfin en tant que chef de l’Etat, il représente la France et la Républqiue auprès des Etats étrangers
C’est pourquoi on parle de régime «semi-présidentiel».
Il partage l’exécutif avec le gouvernement qui dirige l’administration du pays, assure l’application des lois et est responsable devant le Parlement. 

 

      D ...et décentralise ses pouvoirs à plusieurs échelles

            1. à l’échelle des collectivités territoriales     

rappel cours géo sur la Région (à revoir)

recopier et apprendre paragraphe B 1 p. 340
La République décentralisée se donne ainsi pour mission de rapprocher la démocratie des citoyens. Elle donne la responsabilité de gérer les affaires locales aux élus locaux  : conseillers régionaux, départementaux, conseillers municipaux et depuis 2010 conseillers communautaires ( conseillers municipaux élus directement par les citoyens depuis 2014 et qui siègent dans des regroupement de communes appelés EPCI (établissement public de coopération intercommunal).
Le  préfet, représentant de l’État est chargé de vérifier la conformité à la loi de tous les actes des collectivités territoriales

 

               2. à l’échelle de l’Union européenne
Distribuer FT 4 (schéma UE )

apprendre réponse question 3 Comment la France est-elle présente dans    les institutions    européennes ?

Réponse : La France est présente dans toutes les institutions européennes, soit à égalité avec les autres États (Conseil européen, Commission), soit proportionnellement à sa population (74 députés au parlement, 13 % des droits de vote au Conseil de l’Union européenne).

 

La France en tant que membre de l’Union européenne transfert une partie de ses pouvoirs à l’echelle européenne. La France, ainsi présente dans les intitutions européennes (apprendre réponses Q3), participe à prise de décisions et doit les appliquer

 

• Conclure par un schéma
Nath-vie-polit.jpg

II... En animant la vie politique et sociale

 
         A. La vie politique : partis politiques et élections

Les citoyens peuvent agir grâce aux  partis politiques (groupement de citoyens qui partagent des  convictions politiques communes et s’engagent dans les campagnes électorales). Ils peuvent être adhérents (p. 337) soit militants (p.337).
Les partis sont essentiels à la démocratie (ils aont garantis par l’art. 4 Constitution) car ils animent la vie politique : par la variété des idées qu’ils proposent (pluralisme politique p. 337), par les débats qui permettent  de se forger une idée.
C’est donc d’ abord par le vote que les citoyens peuvent participer à la vie politique. 

 

Lire la fiche sur les différentes élections

 

La participation à la vie politique peut prendre d’autres formes et favoriser la participation des citoyens à la prise de décision. C’est la démocratie participative ‘-(ex : conseil général des collégiens du Val-de-Marne depuis 2005, conseils de quartier dans les villes., pétitions, manifestations...)
Démocratie participative : implication des citoyens dans le débat public
et dans la prise de décision politique.

 

           B : la vie sociale  : un ex les syndicats

 

Les salariés, les travailleurs indépendants ou les chefs d’entreprise peuvent adhérer à un   syndicat (p. 342) . La liberté syndicale est reconnue depuis 1884 et garantie par la Constitution de la Ve République.
Dans les entreprises, les syndicats présentent des candidats  :
-à l’élection des délégués du personnel (élu des salariés qu’ils représentent auprès de l’employeur)
-à celle des membres du comité d’entreprise (assemblée composée de salariés élus, de représentants des syndicats et du chef d’entreprise)
-et également des candidats à l’election de conseils des prud’hommes.
Ils défendent les droits individuels et collectifs des travailleurs (conditions de travail, salaires, protection de la santé). Ils participent au dialogue social avec les syndicats d’employeurs ou l’Etat pour faire avancer le droit du travail. Ils agissent par la négociation et, en cas de conflit par la manifestation ou la grève.

 

 

Réponses développées possibles :
 
•expliquez en quoi la séparation et le contrôle des pouvoirs sont au cœur de la Constitution.
•rôle du gouvernement et du Parlement dans l’élaboration de la loi
•le président de la République détient un rôle essentiel dans la Vème République
•Qu’est-ce que la décentralisation? En quoi fait-elle progresser la démocratie?
•comment les citoyens peuvent-ils être des acteurs responsables de la vie politique?
•montrez que le pluralisme dans la vie politique fait vivre la démocratie
•expliquez de quelle manière agissent  les syndicats

 

 

 

 

CHAPITRE 3: LES RÉGIMES TOTALITAIRES

Introduction

Après la Première Guerre Mondiale, la démocratie semble avoir triomphé en Europe occidentale. Pourtant des systèmes politiques nouveaux apparaissent dans l’entre-deux-guerres : la dictature communiste de Staline en URSS (1924-1953) et la dictature nazie de Hitler en Allemagne (1933 – 1945). Ces régimes totalitaires sont fondés sur des projets de natures différentes mais présentent des caractéristiques communes dans leurs méthodes.

 

Question : comment Staline et Hitler construisent-ils des sociétés totalitaires dans les années 1930 ?

 

I/En URSS, qu’est-ce que la stalinisation de la société?

    A/ Un »homme d’acier» au pouvoir

A la mort de Lénine en 1924, ses proches se disputent sa succession. Staline, déjà secrétaire général du parti communiste de l’Union Soviétique (PCUS), se présente comme le meilleur disciple du père de la révolution d’octobre 1917 et de l’URSS. Il s’impose face aux autres dirigeants possibles : comme Trotski qui est contraint de s’exiler. Dès lors, il met en place un régime totalitaire avec pour objectif l’industrialisation rapide du pays grâce à la collectivisation des terres. 

 

    B. une économie transformée : étatisation et planification (tableau à apprendre)

 

    C.Une idéologie et un pouvoir imposés par...

        1... la terreur

Pour briser toute résistance dans le monde paysan (comme les riches paysans : koulaks p. 48) ou mettre fin aux critiques, Staline impose la terreur : arrestations par la police politique (NKVD p. 48), exécutions, déportations en Sibérie ou dans les goulags (p. 50).
A partir de 1937, Staline veut renforcer son pouvoir et déchaîne la violence policière contre des hauts responsables du Parti (Procès de Moscou), de l’Etat, de l’Armée rouge mais aussi de simple militants ou citoyens : c’est la «Grande Terreur» 1937-1938 (plus de 800000 victimes). 

 

          2. ...propagande

Parallèlement, pour unir le peuple autour de lui, le dictateur a recours à la propagande. Elle vante sans cesse « le Petit Père des peuples » dans des affiches (doc. 4 p. 51), des œuvres d’arts diverses : on parle de culte de la personnalité. Elle lui permet aussi d’avoir l’adhésion du peuple en ayant recours à des mensonges (chiffres truqués,...) 

 

II. En Allemagne, qu’est-ce que la dictature nazie?

    A.La construction d’une dictature par Hitler

        1. des circonstances économiques et sociales favorables

Hitler et les nazis (NSDAP p. 56) profitent d’un contexte que leur est favorable :
- l’indignation des Allemands face à l’armistice de Rethondes et au Traité de Versailles
 -une  crise économique à partir de 1929 qui touche durement l’Allemagne (6 millions de chômeurs en 1932)     

        2. une accession au pouvoir en quelques mois
Le 30 Janvier 1933, Adolf Hitler est nommé chancelier par le président Hindenburg. Il forme un gouvernement de coalition dans un premier temps. Le 27 Février 1933, le Reichstag, lieu de réunion des députés allemands brûle. Le « crime » profite aux nazis. Dès le 1 er Mars 1933, Hitler applique sa doctrine exposée dans Mein Kampf en 1923 : restriction des libertés individuelles, de la liberté de la presse, de la liberté de réunion, et très vite seul le parti nazi est autorisé. Il se fait donner les pleins pouvoirs : il est désormais le führer(guide). A la mort d’Hindenburg en 1934, il devient le Reichfürer. 

 

B. Par quels procédés le régime parvient-il à prendre le contrôle sur la population ?
        1. répression et encadrement de la population

La Nuit des Longs couteaux en 1934 permet d’éliminer les opposants au sein même du parti nazi. Les livres et œuvres déclarés subversifs sont brûlés lors d’immenses autodafés.

 A partir des lois de Nuremberg de 1935, les gens de religion juive sont exclus de la société  ( interdiction mariages et relations sexuelles avec les Allemands) et de la nation allemande. Hitler crée une société raciste et antisémite ( def p 55)

 Une propagande incessante basée sur le culte de la personnalité véhicule une image parfaite de l’Etat nazi et de son dirigeant, tandis qu’afin de forger « l’homme nouveau », les enfants sont embrigadés dès leur plus jeune âge dans des organisations comme les Jeunesses Hitlériennes.

 Menée par les SS et la Gestapo, la terreur politique s’abat sur les adversaires du nazisme qui sont assassinés ou emprisonnés dans des camps de concentration. Dès 1938, les pérsécutions violentes contre les Juifs commencent (nuit de Cristal pages 54-55)

L’objectif est à la fois d’ établir une société raciste et antisémite et de faire adhérer toute la population (par la propagande et la terreur). 

 

            2. Mise en place d’un régime agressif et guerrier
Le nazisme mène à la guerre.
Dès 1936, Hitler réarme l’Allemagne et lance une politique de militarisation. Le budget militaire est multiplié par 15. La volonté de conquête clairement affichée trouve son origine dans l’idéologie nazie nationaliste qui veut établir un Reich (« empire ») rassemblant toutes les populations de langue et de culture allemande  et le doter à l’Est d’un espace vital (p. 54).
Dès 1936, Hitler viole le traité de Versailles et multiplie les coups de force pour reconquérir les territoires perdus (carte 5 p 57). Son alliance avec l’italien Mussolini en 1936 et le pacte germano-soviétique signé en 1939 annonce la guerre.
L’objectif est à la fois d’étendre le territoire allemand mais aussi de contrôler l’économie. 

 

 

HDA : 2 oeuvres comparées Les régimes totalitaires

 

 

 

 

G I T1 UN TERRITOIRE SOUS INFLUENCE URBAINE

 

Introduction
Depuis 50 ans, la majorité de la population française vit en ville. En 2014, l’INSEE estime que 95 % des Français vit dans un espace sous influence urbaine que ce soit en centre-ville ou dans un espace directement sous son influence.
 Avec l’étalement des villes, la limite entre ville et campagne est moins nette, et, pourtant, 1 Français sur 5 habite encore à la campagne, espace rural.
L’urbanisation modifie ainsi le territoire français et la façon dont ses habitants l’occupent.   
urbanisation : augmentation de la population urbaine, du nombre des villes et de la taille des villes

 

Question :  Comment la population habite-t-elle le territoire français?

I/  L’étalement des villes...

 

    A) urbanisation et mobilité : L’exemple d’un projet urbain à Paris : le Grand Paris Express
Apprendre schéma FT 1 et croquis document 1 page 194

L’aménagement du Grand Paris Express (FT 1) répond à la croissance forte et à l’étalement de l’aire urbaine de Paris.
En effet, l’aire urbaine de Paris est peuplée de 12.2 millions d’habitants, les Franciliens. Elle est étendue sur 2845 km². Elle a grossi entre 1999 et 2010. Cette expansion appelée l’étalement est important dans la couronne périurbaine où se construisent des lotissements, ensemble de maisons identiques.
C’est pourquoi, le projet du GPE vise à résoudre le problème des déplacements autour de Paris (métro automatique de 150 km) tout en développant des pôles économiques pour favoriser et équilibrer le développement des banlieues. Il fait intervenir de nombreux acteurs et suscite de nombreux débats .

 

    B) les aires urbaines en France (FT 2)

L’aire urbaine de Paris n’est pas une exception : La France compte de nombreuses aires urbaines (354 de taille inégale) qui « s’étalent » et s’entourent d’un grand espace périurbain. (apprendre carte FT 2). A elles seules elles couvrent 42% du territoire métropolitain. Elles recherchent des aménagements (p. 194) pour limiter cet étalement et maintenir des habitants dans le centre.

 

II) ...a des conséquences sur les territoires ruraux...

 
1 Français sur 5 vit dans l’espace rural qui couvre pourtant 60% du territoire. Pourtant l’ étalement urbain lié aux migrations pendulaires transforme cet espace et a d’importantes conséquences :
-les campagnes proches des villes sont dynamisées par l’augmentation régulière de leur population ( périurbanisation. (p. 194)
-l’espace rural change de fonction : si la moitié de la superficie agricole en France est encore utilisée pour l’agriculture, il devient un espace de vie et de loisirs pour les citadins comme pour les ruraux
-enfin, cet espace subit des aménagements urbains ce qui a des conséquences sur l’environnement (pollution). C’est pourquoi certains espaces ruraux sont protégés (ex : parcs naturels

 

III) ... et sur la répartition de la population sur son territoire

    A. Une répartition en pleine évolution...(FT 3)

 

La population française est inégalement répartie sur le territoire.
Certaines zones présentent des densités faibles (Pyrénées, cœur des Alpes, bande s’étirant des Ardennes au Massif central). D’autres se caractérisent par des densités élevées (littoraux, régions frontalières, vallée du Rhône, région parisienne et vallée de la Seine, vallée de la Garonne, Nord et Est).

Cette répartition n’est pas figée. Des dynamiques sont à l’œuvre, à différentes échelles. À l’échelle nationale, on observe des migrations fortes vers Paris (souvent des jeunes pour leur formation ou leur premier emploi) mais aussi depuis Paris vers la province (familles avec enfants ou retraités). Globalement sont vraiment en situation très positive, les régions situées sur le « croissant périphérique » allant de la Bretagne jusqu’à la région lyonnaise et dans une moindre mesure l’Alsace. À l’échelle locale, l’étalement urbain touche toutes les aires urbaines.

Des dynamiques sont également à l’œuvre au niveau démographique. La population française augmente grâce à un taux de natalité et de fécondité élevés. Mais elle marque des signes de vieillissement. La part cumulée des personnes âgées de plus de 75 ans et de celles âgées de 60 à 75 ans dans la population totale est passée de 17 à 30 % depuis 1950 alors que la part des moins de vingt ans diminuait de 30 à 23 %.`

 

    B. ...liée aux ressources et aux contraintes du territoire (FT 4)

 

Le territoire métropolitain s’étend sur 552 000Km2. C’est le pays qui a la plus grande superficie à l’échelle de l’Union européenne. Mais il s’étend au delà du continent européen grâce aux territoires ultramarins (FT 4). C’est un territoire d’une grande variété qui présente des ressources et des contraintes et qui expliquent aussi le répartition de la population.

Apprendre FT 5 (tableau)

 

conclusion : réponses à la problématique

 

 

G I T2 MA REGION, L’ILE DE FRANCE

 

Question : quelle est l’identité de la région IDF, comment s’organise-t-elle?


I. Une région puissante avec une forte identité

    A. Une exceptionnelle concentration des hommes et des activités

 

Apprendre FT 1

région composée de 8 départements, étendue.
région puissante car:
- région la plus riche (29% de la richesse nationale)
-région la plus peuplée (19% de la population)
- attractive (jeunes diplômés, 1ère destination mondiale touristique).
Région qui veut donner une image de jeunesse et de solidarité et cherche à ce que le Francilien s’»approprie» son territoire : la région doit être un territoire proche des habitants («espace vécu»)

 

    B. Une région à forte identité au rayonnement national et international

 

Région divisée en 8 départements s’étendant sur un relief de plaines drainées par la Seine et deux de ses affluents, l’Île-de-France n’est pas une région comme les autres. 
Si ils sont nombreux les Franciliens ont en commun de se déplacer beaucoup. C’est la mobilité qui fait l’identité de la région IDF.

Cela s’explique par l’organisation particulière de leur territoire : la région s’organise en auréoles successives autour de la capitale de Paris . Paris est  ainsi un  noeud de communication (réseau en étoile) vers lesquels convergent tous les réseaux de transports nationaux et est relié au reste de l’Europe et du monde (ports, aéoroports, LGV...). Mais cette polarité parisienne entraîne un déséquilibre du territoire (entre Paris et son agglomération et le reste de la région IDF) .
La richesse et la diversité de son patrimoine, les nombreuses activités culturelles constituent également un élément fort de l’identité culturelle de la Région et participe à son rayonnement mondial.

 

II. Une région inégalement dynamique aménagée par de nombreux acteurs (FT 2)

 

 Les régions sont une création récente. D’abord  elles étaient un simple échelon intermédiaire entre l’État et les départements, Depuis les lois de décentralisation de 1982 et en 2003, les elles sont devenues des collectivités territoriales. Cette organisation décentralisée a été inscrite dans la Constitution.
L’exemple des lycées permet d’illustrer ce processus tout en montrant que l’État reste un acteur important dans l’enseignement.
Ces nouvelles compétences permettent ainsi à la Région et à ses habitants d’aménager le territoire pour atténuer les déséquilibres entre les différents espaces franciliens (ex :GPE chapitre 1)

 

III. L’organisation du territoire de l’Ile-de-France (s'exercre sur croquis FT 3)

  La France compte 22 régions métropolitaines et 5 départements et régions d’outre-mer (FT 5) Elles présentent une grande diversité : exl’Ile-de-France est 50 fois plus peuplée que la Corse et son PIB trois fois supérieur à celui de la Guyane). 
Mais une nouvelle carte à 13 régions  a été adoptée par l’Assemblée nationale en juillet 2014

 

 

H II T1 LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE : VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918)

 

Introduction
       A. été 1914 et le début d’un conflit inédit
A l’été 1914, les tensions liées aux revendications territoriales sur le continent européen s’aggravent. L’assassinat de l’héritier de l’Empire d’Autriche Hongrie en juin 1914 (attentat de Sarajevo) déclenche cette guerre. L’Autriche Hongrie accuse la Serbie. La Russie rejoint son alliée serbe. Chaque pays soutient alors son alliance militaire. Cette guerre oppose alors deux camps : la triple Entente et la triple Alliance (doc 1 p32)               

           B. un conflit mondial qui dure plus de 4 ans

Cette guerre appelée aussi Grande Guerre est inédite car  :
-elle dure plus de 4 ans de 1914 à 1918 mais se déroule en trois phases FT1)
-elle est mondiale :  avec l’engagement des colonies dans les armées de l’Entente ce sont tous les continents qui participent directement au conflit.
En 1917, les alliés de l’Entente changent. Les Etats Unis gouvernés par le président Wilson entrent en guerre pour la défense de la liberté de commerce mais aussi de la démocratie. La Russie en revanche signe une paix négociée avec l’Allemagne à la suite des révolutions de 1917. l’Entent remporte la victoire : l’armistice est signé le 11 novembre 1918.

 

Question : Quels bouleversements des sociétés et des Etats la Première Guerre Mondiale entraîne-t-elle ?

I. Une guerre marquée par une nouvelle forme de violence  : la violence de masse

 

    A. Une violence de masse au front : l’exemple de la bataille de Verdun
 

La bataille de Verdun a eu lieu en France du 21 février au 9 Décembre 1916. C’est l’une des batailles franco allemande la plus dévastatrice qui illustre la violence de masse.

I. Une nouvelle forme de guerre  : la guerre de tranchée
Nous sommes dans une nouvelle forme de guerre : la guerre de tranchées (p. 28). Les tranchées sont des longs fossés creusés dans le sol, parfois étayées de bois et surmontées de barbelés. Le paysage lunaire sans un brin d’herbe qui caractérise le no man’s land et les débris qui entourent les hommes prouvent la violence des combats. Les poilus (p. 28) s’y enterrent, attendant l’attaque ou le prochain assaut. Le bruit, la peur, le froid, la boue, les poux, les rats provoquent d’atroces souffrances. Les cadavres sont sur place. Les soldats côtoient la mort.

II. armes très meutrières
Ces tranchées sont le lieu de combats violents où sont utilisés des armes extrêmement meurtrières . Les obus déferlent : de février à décembre, 30 millions d’obus sont tirés en 300 jours. 2 millions d’obus tirés le 1er jour Fusils à baïonnette, mitrailleuses, grenades, gaz asphyxiants complètent l’arsenal.  Elles permettent de tuer en masse et provoquent des blessures irréversibles.

 

III.Une bataille symbole du sacrifice des combattants
Pour défendre Verdun et résister, le général Pétain mobilise son armée  :  «on les aura» dit-il en désignant les «boches»,surnom des soldats allemands. Il fait utiliser une route, «la voie sacrée»  pour acheminer hommes et matériel. Deux tiers des régiments français se sont relayés sur le champ de bataille de Verdun  On parle de la noria des régiments. 3900 camions par jour sur la voie sacrée. Les pertes des deux côtés témoignent du carnage. Au total, plus de 300 000 hommes ont perdu la vie sur ce champ de bataille o et fait tout autant de blessés et de disparus pour éviter une percée du front par les Allemands.Cela représente 1000 morts par jour pendant 10 mois alors que la ligne de front se déplace au maximum de 5 kilomètres. Cette bataille industrielle donnait l’impression aux hommes de n’être que de la « chair à canons ». 

 

HDA : Otto dix a voir «Assaut sous les gaz»

 

    B. Une violence de masse à l’arrière : l’exemple de génocide arménien

 

Les Arméniens sont une minorité chrétienne au sein de l’Empire ottoman. Ils sont persécutés depuis le XIXe siècle en raison de leur religion et de leur aspiration à l’autonomie.
Dès leur première défaite face aux Russes en janvier 1915, les     Turcs ottomans, qui sont entrés en guerre au côté de l’Allemagne, les accusent de trahison et commencent à désarmer, torturer et massacrer les soldats arméniens. À partir d’avril, des rafles ont lieu dans les villes puis, en mai, les civils, notamment les femmes et les enfants, sont systématiquement déportés dans les zones désertiques de Mésopotamie et de Syrie. Beaucoup meurent en route en raison des massacres et de l’absence de vivres.
Le bilan humain est extrêmement lourd : plus de la moitié de cette population a péri.  (1.2 millions d’Arméniens périssent, les quelques 600 000 survivant s’exilent en particulier en Russie.).Plus tard, on parlera  d’un génocide (le premier du XXe siècle) puisque ce massacre a été soigneusement préparé par l’État ottoman en vue de supprimer cette population en raison de son appartenance ethnique et religieuse.

 

      C. Une violence de masse qui nécessite une mobilisation totale...
   
               1. de la société : les civils et les soldats

 

C’est l’ensemble de la société qui est mobilisée. A l’arrière, les civils,  femmes et les enfants travaillent dans les usines d’armement à la place des hommes partis au front (les «munitionnettes»). Ils subissent aussi les pénuries et le rationnement des ressources de base, et souffrent de la faim. Les hommes en âge de porter les armes sont engagés comme soldats et partent au front. Certains sont recrutés jusque dans les colonies très lointaines. Ils sont 500 000 à avoir servi en Europe, des tirailleurs de l’armée de métier mais aussi des soldats recrutés de force.

 

                2. de l’économie

L’État demande aussi aux civils de donner leur argent pour l’aider à financer la guerre.  L’industrie en particulier automobile se reconvertit dans l’armement. Renault, comme Citroën fabriquent des obus et des chars. On parle d’économie de guerre

 

              3. des moyens idéologiques

Enfin, afin de contrôler l’opinion de la population, les gouvernements des pays en guerre censurent l’information. En France, dès 1915, le contrôle postal est mis en place. Les lettres des soldats sont ouvertes. La presse est également censurée.  une violente propagande se développe contre l’ennemi.(mensonge volontaire politique).

 

 

II/ Une guerre qui bouleverse l’Europe

    A/ Une Europe meurtrie (FT 2)

 

Le bilan humain et matériel de la guerre est dramatique : environ 10 millions de personnes sont mortes pendant le conflit. Les Etats ont désormais à charge les mutilés (« gueules cassée »s par exemples) et les veuves et orphelins de guerre. A cela s’ajoutent les nombreuses destructions de villages, routes.. qu’il faut reconstruire alors que les pays se sont endettés pour acheter des armes et affronter la guerre. En deuil, les Etats organisent le culte du souvenir (30 000 monuments aux morts, fête nationale du 11 novembre...)   

 

     B/ Une nouvelle Europe bouleversée par les traités

 

Les vainqueurs imposent leur paix aux vaincus par des traités qui redessinent l’Europe . L’opinion allemande considère le traité de Versailles du 28 Juin 1919, qui la rend responsable de la guerre, injuste : perte de 13% de son territoire dont l’Alsace Lorraine et 10% de sa population, une armée réduite et sans aviation, des réparations. Pour les Allemands c’est un diktat (FT 2). Georges Clémenceau, chef du gouvernement français en 1917, est surnommé le Tigre ou le père de la victoire car il a oeuvré pour que la France sorte vitorieuse de la guerre. En 1919, c’est aussi lui qui réclame une grande sévérité pour Allemagne.  En revanche, les empires d’Autriche Hongrie et ottoman sont divisés et de nouveaux Etats comme sont créés.  (carte page 41)
La Société des Nations (SDN), créée à l’initiative du président américain Wilson, suscite de grands espoirs. Mais les traités engendrent aussi de nouveaux motifs de tensions comme le couloir de Dantzig entre l’Allemagne et la Pologne.   

 

        C. Une Europe secouée par des révolutions : la Russie, nouvel Etat revolutionnaire?

 

En 1917, la Russie est un empire autoritaire dirigé par le tsar Nicolas II. La guerre a aggravé la situation économique en Russie qui est au bord de la famine. Une première révolution en février renverse le tsar. En octobre, une deuxième révolution est menée par Lénine

Lénine est à la tête d’un parti politique : le parti bolchevik. Il prend le pouvoir par la révolution (pas d’élections) en octobre 1917 et impose par la dictature le communisme (p. 38) en Russie. L’objectif est la mise en commun des richesses et leur redistribution strictement égalitaire. La propriété privée est supprimée. Les partisans de la révolution sont les ouvriers et les paysans qui obtiennent la gestion des terres et des usines au sein de soviets (assemblée) et les soldats qui obtiennent la paix. Les opposants sont les propriétaires terriens issus de la noblesse et les principaux possédants.

 La révolution russe de 1917 se répand en Europe : des grèves générales éclatent dans de nombreux pays après la guerre, des insurrections communistes sont réprimées en Allemagne (Révolution spartakiste de Janvier 1919) et en Hongrie. La Russie reste néanmoins le seul pays où les communistes(ou marxistes) réussissent à se maintenir au pouvoir

 

CONCLUSION :répondre à la problématique

 

 

CHAPITRE 1 :  LA REPUBLIQUE ET LA CITOYENNETÉ

 

Introduction

Depuis la Révolution de 1789, la République est une communauté de citoyens qui a choisi ce mode de gouvernement (depuis 1789, la France a connu cinq républiques), mais surtout qui partage ses valeurs, ses principes et ses valeurs
 la République  : du latin «res publica», «chose publique». Régime politique dans le quel la souveraineté (=autorité) appartient au peuple, par opposition à la monarchie
citoyen (p. 322) : personne qui a le droit de participer à la vie politique
nation (p. 320) : ensemble de personnes vivant sur un territoire qui partagent une culture, une histoire et une langue communes

 

Question : Qu’est-ce qui réunit les Français dans la République?

I) Partager un même idéal républicain

 

    A) Des valeurs (=idéal) et des principes (=application concrète des valeurs) communs
Apprendre FT 1

Les Français ont choisi la République comme forme de gouvernement, l’organisation de ce régime est décrite dans la Constitution ( Constitution de 1958). Cependant, cela suppose aussi que chacun adhère à des valeurs et des principes communs (FT 1). 
Par exemple, la laïcité est essentielle à la République car elle est à la fois  :
-un principe qui caractérise un Etat indépendant de toute confession («neutre» art. 1 de la Constitution)
-c’est également une valeur qui vise à assurer une égalité des citoyens sans aucune distinction entre eux et qui  est réaffirmée à l’école par la Charte de la laïcite de 2013.

 

    B) La langue française : un élément fondamental de l’identité républicaine
Apprendre FT 2
La place du français essentielle aujourd’hui . Le français est la langue de la France depuis la Révolution. Il est devenu la langue officielle de la République en 1992, date de son inscription dans la Constitution de 1958. Localement les langues régionales peuvent être parlées car elles font partie du patrimoine de la France.
Mais tous les citoyens doivent parler français. La langue est le ciment de la nation : elle permet de communiquer, d’échanger mais aussi de s’intégrer. Les enfants étrangers qui s’installent en France avec leur famille reçoivent dans des classes spécifiques un enseignement intensif du français.   

 

    C) Une reconnaissance dans les mêmes symboles (p. 8) et FT 3

 

II) Partager et exercer des droits

 
    A) Citoyen par la nationalité française
La nationalité unit une population à un Etat. Le lien entre citoyenneté est fort  car pour être citoyen français, il faut avoir la nationalité française et être majeur. Celle-ci est acquise par le droit du sang, par le droit du sol, par mariage, ou par naturalisation (FT 4). 

 

    B. Des droits liés à la citoyenneté
La nationalité française (FT 5 partie I) confère des droits politiques essentiels au citoyen. Cela lui permet d’exercer la souveraineté nationale (p. 4). Ces droits politiques (partie II) s’accompagnent comme pour tout habitant en France de droits civils, économiques et sociaux (partie III)

Le traité de Maastricht (1992) crée une citoyenneté européenne. Les citoyens franaçais sont aussi des citoyens européens.  Le traité confère des droits aux Français y compris ceux vivant dans un autre pays de l’Union mais aussi aux ressortissants de l’Union habitant en France.(FT 5 partie IV)   

 

 

INTRODUCTION : LE XXE , UN SIÈCLE DE TRANSFORMATIONS SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES
(DEPUIS 1914)

Le XXème siècle est marqué comme nul autre par une accélération des transformations scientifiques et technologiques qui s’appuie souvent sur les découvertes du XIXème siècle. Ces transformations bouversent les conditions de vie des hommes.

 

I. Un exemple de progrès scientifique dans la médecine : les antibiotiques

 
Par exemple en 1928, un médecin britannique A. Fleming découvre (=invention) une moisissure («penicillium) qui a le pouvoir de lutter contre les bactéries qui entraînaient des maladies mortelles (grangrène). Cette découverte reste en sommeil 10 ans. Elle est reprise par une équipe de chercheurs, Florey et Chain, qui se rendent aux Etats-Unis pour démarcher les industriels de la pharmacie ayant les moyens de financer, d’innover et produire cette découverte à grande échelle (=innovation p. 17) . Les premiers antibiotiques apparaissent en 1940 et sont utilisés dès 1943 par l’armée américaine. En 1945 les 3 chercheurs reçoivent le prix Nobel.
Les antibiotiques ont permis de baisser la mortalité infantile et d’augmenter de 10 ans l’espérance de vie. Mais aujourd’hui l’utilisation trop intensive de ces antibiotiques diminue leur efficacité, tandis qu’ils ne sont achetables que par une partie seulement de l’humanité.

 

II . Des transformations scientifiques et technologiques qui bouleversent les sociétés depuis 1914.

 
L’accélération des progrès médicaux s’accélère dans la 2e moitié du XXe siècle.  Elle permet l’augmentation de l’espérance de vie et bouleverse les sociétés. Vaccinations, antibiotiques, imagerie médiacle font aujourd’hui partie de notre quotidien.

Les innovations techniques n’ont cessé de se multiplier au XXe eme siècle. On estime en effet qu’il y a deux périodes dans le XX eme siècle :
-le temps des innovations s’appuyant sur les découvertes du XIX eme s. jusqu'à la Deuxième Guerre Mondiale (1945)
- puis le temps de l’informatique.
Ainsi, le temps (révolution des transport) et l’espace (conquête spatiale) ont été maîtrisés et permettent de réduire les distances.
 Depuis 50 ans le monde vit également une révolution informatique : la diffusion de l’ordinateur personnel, d’internet, l’apparition du numérique accélèrent les communications.

 

Partager cette page

Repost 0
Published by